Au bord du gouffre il y a encore quelques mois, le stade Rennais fait aujourd’hui peur. Retour sur une remontée fantastique qui illustre bien le caractère éphémère des « choses » du football.

Stade Rennais : La remontée fantastique

Dernier de Ligue 1 au soir de la 5ème journée et au bord du chaos après un revers à domicile dans le derby contre Lorient (2-1), le stade rennais est revenu de l’enfer. Pas facile de se coltiner d’entrée, Lyon, Bordeaux et Marseille… Le dernier match à Troyes symbolise mieux que personne l’aspect sinusoïdal de la formation d’Antonetti.

Complètement hors sujet en première période et donc logique menés 2-0, les coéquipiers de Pitroipa ont inversé la tendance après la pause (3-2) avec notamment un petit bijou signé Julien Feret sur le 2ème but. Un singulier raccourci d’une saison qui aurait pu être catastrophique pour le stade Rennais. Aurait pu seulement car aujourd’hui les Rouge et Noir ont le droit de rêver. Le groupe a connu de nombreuses galères et semble inébranlable.

Le bilan est impressionnant pour le stade Rennais sur les 10 dernières rencontres de Ligue 1 avec sept victoires, deux défaites et un résultat nul. Un parcours de champion. Pourtant Antonetti n’a pas été gâté cette saison. Entre les blessures de joueurs cadres comme Montano, M’Villa ou Apam sans oublier le départ surprise de Kembo. L’affaire Yann M’Villa en a rajouté une couche mais dans l’adversité le groupe s’est solidarisé.

En ½ finale de la coupe de la Ligue

Le match référence reste sans conteste celui remporté au Parc des Princes contre le PSG en étant réduit à 9 contre 11 pendant 35 minutes (2-1). Un véritable exploit qui a clairement fait basculer la saison du stade Rennais du bon côté. « J’espérais avoir 25 points à la trêve. On les a déjà et il reste 4 matches. Le chemin parcouru est énorme » avoue un Fred Antonetti longtemps critiqué mais qui a su faire face. Bravo à lui.

Durant ce laps de temps, Pitroipa a été le plus régulier. Un vrai danger en pointe par sa vitesse et ses dribbles. Erding a retrouvé des couleurs et de la confiance face au but. Alessandrini a explosé en signant quelques buts d’anthologie comme au Parc des Princes ou à Nancy. Enfin Feret reste l’un des joueurs les plus élégants de Ligue 1 et rappelle parfois Johan Micoud dans le style. Derrière, Costil tient la baraque avec un Kana Biyik en gros progrès. Cerise sur le gâteau, le stade Rennais est toujours qualifié en coupe de la Ligue (1/2 finale) et pourrait donc toucher les étoiles après avoir été « six pieds sous terre ».

Jusqu’où peut aller l’équipe d’Antonetti ? Votre avis sur la saison du stade Rennais en commentaire de cet article de Sport Actus.

Crédit photo : http://www.ouest-france.fr/

One thought on “La remontée du Stade Rennais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *