La Capoeira est considérée comme un art martial afro-brésilien qui a puisé ses racines dans des méthodes combinant danse et combat. Cette pratique est redevenue « à la mode », elle séduit beaucoup de personnes attirées par son côté spectaculaire, sa musicalité et l’énergie qui est dégagée lors de ses représentations. Retour sur cette discipline au long passé.

La Capoeira : les origines et les bienfaits

La Capoeira apparaît au 16ème siècle avec la déportation de milliers d’esclaves venus d’Angola par des colons portugais pour travailler dans les plantations de cannes à sucre brésiliennes. Partant du dicton, diviser pour mieux régner, les colons ont divisé les Africains pour mieux les dominer. Ces derniers n’arrivant plus à communiquer entre eux, manifestent leur identité à travers des danses, des chants et des démonstrations de combat en cercle. Ces esclaves mettent au point alors une technique de combat déguisée en danse pour s’échapper et fuir de la violence quotidienne qui régnait dans les plantations.Ce fut la naissance de la Capoeira.

Même après l’abolition de l’esclavage en 1880, les capoeiristes ont été réprimés et ont subis le racisme des riches colons. La Capoeira devient alors une discipline pratiquée en marge de la société, par des « danseurs-combattants » réunis dans les bidonvilles et qui commencent à utiliser des armes. Très vite, cette discipline devient très mal vue. La situation dégénère, la Capoeira devient un combat de rue très sanglant. Elle est interdite en 1890. En 1937, le Président de l’époque, Getulio Vargas, annule alors l’interdiction après avoir assisté à un spectacle de Capoeira donné par Mestre Bimba, un maître capoeiriste confirmé et ses élèves. A partir de là, la Capoeira connaît un regain d’énergie. Des écoles sont apparues avec chacune un initiateur mais le même fond : des acrobaties et des mouvements inspirés des arts martiaux.

La Capoeira demeure le symbole de la révolution et de la lutte contre le racisme et devient aujourd’hui un sport à part entière, très bénéfique pour la santé, il utilise tous les muscles, ce qui permet de développer des qualités physiques à haut niveau. C’est une pratique sociale éducative et ludique dans laquelle chacun peut venir défier l’autre dans la convivialité et le respect.

Cette discipline permet de développer certaines capacités : elle permet de travailler la précision des gestes, développer des relations sociales (grâce au travail en groupe), elle fait travailler efficacement l’équilibre et la souplesse, développe l’endurance et la capacité respiratoire, elle développe le système cardiorespiratoire et par-dessus tout, elle prône le respect. Les bienfaits de la Capoeira sont loin de pouvoir tenir sur quelques lignes, je vous laisse donc aller découvrir toutes les vertus de ce sport par vous-mêmes !

Les règles de la Capoeira

La Capoeira est une pratique très codée contrairement aux idées reçues. La beauté de cette danse repose sur la symbiose dégagée par les différents membres du groupe.

Les capoeiristes sont souvent torse nu et vêtus d’un pantalon blanc. Ils portent aussi des ceintures autour de leur taille. Chaque corde à une couleur et chaque couleur à une signification : c’est le grade, une couleur pour chaque niveau de performance. Ils se mettent alors en cercle, formant ainsi une ronde appelé « roda ».

Tous les participants ont un rôle à jouer, qu’ils soient dans ou en dehors du cercle. D’abord, au centre, deux individus jouent, sans se toucher, en utilisant des figures et des acrobaties. A l’extérieur du cercle, on trouve des musiciens qui ouvrent et rythment le jeu (les chansons sont appelés « chula ») et des chanteurs qui encouragent et frappe des mains. Il doit y avoir une harmonie entre l’intérieur et l’extérieur du cercle.

De plus chacun peut, dès qu’il en a envie, entrer dans le cercle et remplacer un des deux joueurs pour se mesurer à l’autre. Mais à chaque fois qu’un capoeiriste sort ou rentre dans le cercle, il faut qu’il fasse un salut que l’on appelle « le respect ». Le but est de montrer son habileté en faisant flancher l’adversaire !

En dépit d’une répression cruelle contre les capoeiristes, cette discipline continue d’être pratiquée et devient un véritable symbole révolutionnaire. Ce combat dansant symbolise la lutte du peuple afro-brésilien pour la liberté. La capoeira est un sport qui s’exporte très bien, connaissant un grand succès, il est enseigné par une diaspora de capoeiristes brésiliens qui surfent sur la mode brésilienne que connaissent les sociétés occidentales.

Crédit photo: http://blog.blanee.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *