Au moment d’évoquer, la journée de la femme comment ne pas penser à Céline Dumerc. La basketteuse élue dernièrement « joueuse européenne de l’année 2012 » est actuellement au firmament. Pour Céline Dumerc c’est l’année de la femme…

En effet, la meneuse de Bourges a, dans la foulée de son sacre individuel largement mérité, réussi l’exploit de mener son équipe jusqu’au final « eight » de l’Euroligue. Les Berruyères ont éliminé Cracovie au terme d’une série haletante (2-1). Comme souvent lors du match décisif au Prado, Céline Dumerc a été déterminante avec des lancers francs dans le money time et un 2+1 fondamental. Comme d’habitude, Céline Dumerc n’a pas forcé les choses et a d’abord fait jouer ses coéquipières. L’internationale française a su garder la tête froide dans les moments chauds afin de prendre une petite revanche sur les Américaines Tina Charles et Alana Beard. On se rappelle que sont les USA qui ont privé la France d’une médaille d’or aux JO de Londres. Un tournoi grâce auquel, « Caps » son surnom (dérivé de capsule) a écrit sa légende.

Des Jeux Olympiques d’anthologie

Si les Bleues ont arraché une médaille d’argent, elles le doivent avant tout à leur capitaine. En effet, la Berruyère a survolé les débats en maintenant durant toute la compétition un niveau de jeu ahurissant surtout à 3 points. Lors du premier match contre le Brésil, Céline Dumerc signe son record avec 23 points. La légende s’écrit d’abord en poule contre l’Angleterre. Dumerc égalise au buzzer à 3 points pour envoyer les deux équipes en prolongation. Durant celle-ci, elle récidive en réussissant encore un shoot de malade qui donne une victoire essentielle aux Françaises à quelques secondes du terme (80-77). C’est le début d’un récital. En quart de finale face aux redoutables Tchèques, elle empile 23 points et porte son équipe jusqu’en demi-finale. Là, contre La Russie, « Caps » rentre encore le shoot à 3 points qui tue dans le 3e quart-temps pour porter l’avantage de la France à + 8. Au final, le succès 81-64 envoie les Françaises en finale et leur assure une médaille. Bien sûr, les USA étaient trop
forts et conservent leur médaille d’or.

Une progression linéaire

Pas grave. Céline Dumerc a éclaboussé de toute sa classe la compétition. De plus elle véhicule une bonne image car elle ne force rien. Malgré son petit gabarit (1,69 m) elle possède une âme de leader. Dumerc s’évertue d’abord à faire jouer les autres. Lorsqu’elle prend ses responsabilités aux tirs c’est parce que son équipe en a besoin. Intelligente et toujours modérée dans ses propos, elle fait l’unanimité. Le fruit d’une progression continue (INSEP, Tarbes, Bourges, Ekaterinbourg Bourges).

Céline Dumerc a connu l’échec en Russie et des moments de doute même avec l’équipe de France époque Alain Jardel. Elle a toujours accepté les critiques et bossé dur pour les gommer. La récompense est donc largement méritée. Bravo « Caps ». Un « petit bout de femme » dont la réussite force le respect. Malgré la nouvelle pression due à son statut de star, elle n’a pas changé. Un exemple à suivre pour celles qui pourront.

Crédit photo : http://www.allomatch.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *