Nous venant tout droit des contrées Irlandaises, le Hurling, sport gaélique par excellence combine 2000 ans d’héritage sportif. Mélange de :

  • baseball,
  • hockey et
  • rugby.

Il se joue à l’aide d’une crosse et d’une balle appelée sliotar. Sport collectif et d’extérieur il est considéré comme étant le plus rapide des sports d’équipes. Appelé camogie dans sa version féminine il est plutôt spectaculaire et souvent jugé comme étant un sport brutal. Découverte du sport légendaire du pays des trèfles à 4 feuilles…

« Des origines multiples »

Subtil mélange de plusieurs sports anglo saxons, le hurling est un proche parent :

  • du Shinty écossais,
  • du cammag de l’ile de man et
  • du bandy Anglais.

Allant de pair avec certaines pratiques de base du football gaélique, ce sport national surprend par son originalité.

Demandant une condition physique excellente mais aussi une agilité à toute épreuve, le hurling est avant tout un sport bercé par les traditions, qui fait la fierté des Irlandais pour qui ce jeu est un passe-temps à part entière au même titre que la pétanque pour le sud Français. Discipline historique, elle connait son apogée au XVII° siècle, époque durant laquelle les membres de la gentry anglo normande créent des équipes dans leurs propriétés et disputent des parties.

« Règles du jeu du hurling »

Deux équipes de 15 joueurs s’affrontent sur un terrain de 140 sur 80 mètres. A l’aide du Hurley (crosse), les joueurs tapent dans le sliotar. Le but étant d’emmener la balle dans le camps adverse entre les deux poteaux comme au rugby, à l’aide de passes se faisant au pied ou en tapant dans la balle.

Evoluant principalement en l’air, la balle est tapée à hauteur du visage. Pas ou peu de hors jeu et rapidité font de ce sport un sport potentiellement dangereux où les accidents graves sont monnaie courante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *