Vendredi matin à Melbourne, Julien Benneteau est passé près de l’exploit contre le Serbe Janko Tipsarevic (membre du top 10 mondial) lors de l’Open d’Australie. Le Français a été éliminé en 5 sets (3/6, 6/4, 2/6, 6/4, 6/3) après avoir mené (2-1). Frustrant. Comme souvent « Bennett » a tenu tête mais a craqué en fin de match. Une question de physique. Dommage. Il reste encore de nombreux français en lice même s’il y en a un qui va forcément « sauter ».

Simon ou Monfils: un français devra partir

En effet lors du 3e tour Gilles Simon et Gaël Monfils vont s’affronter. Avantage sur la forme du moment à Simon qui monte en puissance progressivement dans le tournoi. Le Niçois a encore du mal à démarrer ses matches. Ce fut le cas contre le Canadien Levine même si au final il s’est imposé en 4 sets (2/6, 6/3, 7/6, 6/2).

Contreur naturel, Simon peut tirer son épingle du jeu en Australie surtout que physiquement il tient la route et résiste à la chaleur. Le physique c’est aussi la force de Gaël Monfils. Sauf que « La Monf » manque de repères après une année 2012 quasi-blanche à cause de problèmes au genou. Il a galéré contre le Taïwanais Hsun-Lu en 5 sets après avoir même encaissé un 6-0. Toujours spectaculaire, il fait beaucoup de fautes ce qui pourrait être rédhibitoire contre Gilles Simon tant ce dernier n’a pas son pareil pour « faire jouer » son adversaire.

Gasquet et Tsonga en « père peinard »

La bonne surprise provient de Jérémy Chardy qui a dominé le solide espagnol Marcel Granollers en 4 sets (6/3, 3/6, 6/1, 6/2). La puissance de son service et sa faculté à aller vers l’avant font de lui un joueur dangereux sur la surface australienne. À suivre. Pimpant en ce début d’année, Richard Gasquet n’a laissé que peu de forces en route. Le Biterrois a explosé le Colombien Falla (6/3, 6/2, 6/2) et a fait forte impression.Lors de cette édition 2013, il pourrait bien passer le cap du huitième de finale où d’ordinaire, il cale. Si le physique suit, Gasquet pourrait réussir un gros coup car la confiance est là et son revers toujours aussi magique.

Et puis il y a « le boss » Jo-Wilfried Tsonga. Le Manceau a été poussif sur les premiers matches et c’est plutôt bon signe. En effet il a pour habitude de monter en puissance progressivement. Il adore cette surface où il avait réussi à sortir Nadal en ½ finale il y a quelques années. Son service surpuissant et son coup droit dévastateur sont des armes incontestables. Le Japonais Soeda l’a compris (6/3, 7/6, 6/3).

On attend donc bien des surprises des français lors de l’Open d’Australie. Alors selon vous qui ira le plus loin cette année à Melbourne ?

Crédit photo: www.eurosport.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *