Le Real Madrid débute la nouvelle saison comme il a terminé la précédente, c’est-à-dire avec un trophée. Après avoir remporté la dernière ligue des champions, la maison blanche avait rendez-vous avec le FC Séville, vainqueur de l’Europa League 2016, dans un derby 100% espagnol, comptant pour la Super Coupe d’Europe. Retour sur une finale pleine de suspense et prolifique.

La jeunesse au pouvoir, les vieux à la rescousse !

Pour cette finale, les Madrilènes devaient faire avec plusieurs absences, notamment sa fameuse BBC. Zidane s’est même permis de se passer des services de Modric ou encore de James, pour aligner des jeunes comme Kovacic, Morata ou encore Asension dans son onze de départ. C’est d’ailleurs le dernier cité qui va ouvrir le score, après 20 minutes de jeu. A la suite d’une touche sévillane, récupérée par la tête de Casemiro, le jeune milieu s’empare du cuir et décroche un amour de frappe lointaine. La balle fouettée avec délicatesse va aller mourir dans la lucarne droite du portier sévillan. (1-0). Les Andalous tentent de réagir, mais Casilla se couche parfaitement pour repousser la frappe de l’attaquant adverse. Mais, ce n’est que partie remise, puisque quelques minutes plus tard, à la 41e minutes, Vazquez va remettre les pendules à l’heure, renvoyant les deux équipes aux vestiaires, sur un score de parité.

A la reprise, les sévillans se montrent plus entreprenants, les madrilènes, eux, se contentent d’attendre pour placer des contre-attaques bien senties. Une configuration qui n’était sans doute pas du goût de ZZ, qui décide alors de lancer successivement Benzema et Modric dans le bain. Sampaoli répond en faisant entrer Adil Rami et konoplyanka.

On joue depuis 70 minutes. Vitolo enrhume Ramos, il est accroché par le défenseur espagnol. L’arbitre désigne le point de penalty. Konoplyanka se charge d’exécuter la sentence. C’est fait tout en toucher, Casilla ne peut rien y faire. 2-1 pour le Fc Séville. On en restera là, du moins jusqu’à la dernière minute du temps additionnel. Alors que le club andalou avait pratiquement le trophée entre les mains, Sergio Ramos vient placer la tête égalisatrice. Et comme lors de la finale de la Décima remportée face à l’Atletico, le capitaine emblématique des blancs arrache des prolongations inespérées pour le Real Madrid.

Et il y a eu ce raid salvateur de Carvajal…

A l’entame des prolongations, Séville va rapidement se retrouver à 10, à la suite de l’expulsion logique de Kolodziejczak, auteur d’une semelle appuyée sur Vasquez. Le Real essaye de capitaliser sur sa supériorité numérique, mais Séville ne semblait pas disposé à déposer les armes. Et lorsque Ramos pensait avoir redonné l’avantage aux siens, l’arbitre signale une faute au préalable du capitaine madrilène sur son vis-à-vis. Si ce n’est pas l’arbitre, c’est bien Sergio Rico qui écœure les madrilènes, en mettant successivement en échec James, Vasquez et Casemiro. Mais il ne pourra rien face à l’extérieur de Carvajal qui, après avoir passé en revue toute la défense Andalouse, va scorer le but de la victoire pour le Real, à la 119e minute. Quel match !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *