Les joueurs du PSG passaient un test sérieux à Valenciennes mardi soir. Sur la pelouse d’une formation invaincue à domicile, les hommes d’Ancelotti ont frappé un grand coup (4-0). Cette fois la machine semble définitivement lancée avec aux manettes Ibra et Jérémy Menez…

PSG : Le match référence

Depuis le début de saison, le PSG cherchait son match « référence ». On peut affirmer qu’il a eu lieu à Valenciennes (4-0). Une véritable démonstration de football dans le sillage d’un Ibrahimovic omniprésent car auteur d’un triplé.

Néanmoins le raccourci est trop facile, cette fois. « Ibra » a, certes, été bon mais a surtout tiré profit d’un colossal travail collectif. À l’évidence le 4/4/2 est la bonne solution pour Ancelotti à condition que les milieux offensifs excentrés face le boulot de repli défensif. Ce fut le cas et le PSG a pu dérouler comme rarement.

Pourtant Valenciennes n’avait rien d’une victime expiatoire. Sentiment confirmé en première période car les Nordistes se sont créé quelques situations intéressantes. Seulement voilà, ils sont tombés sur un Thiago Silva de gala. Dans l’axe de la défense, le Brésilien a été tout simplement fabuleux. Idéalement placé, calme, parfait en relance, il a écoeuré tous ses adversaires directs. La très grande classe.

Au milieu le tandem Matuidi-Tiago Motta a montré une belle complémentarité. Le premier avec un volume de jeu impressionnant associé à une qualité de pressing sans égale. Le second a été précieux par sa faculté à ressortir proprement les ballons et dans la compensation tactique.

Menez en énormes progrès

Offensivement le quatuor Pastore-Menez-Ibrahimovitch-Lavezzi a rayonné. Ibra avec un triplé a affolé les statistiques (17 buts en 15 matches joués !) et justifié son statut de méga super star. Toutefois c’est bien Menez qui a crevé l’écran. L’ex-Sochalien a joué juste de bout en bout. Il a varié les plaisirs en accélérant et temporisant lorsqu’il le fallait.

Une maturité nouvelle. Du coup il a été énorme de A à Z. Un caviar pour Ibra sur le 3e but illustrant qu’il est bien dans sa tête. Sa vitesse et sa qualité technique ayant mis aux supplices une défense de VA dépassée.

Dans un registre moins spectaculaire Pastore a délivré quelques passes d’anthologie et a beaucoup travaillé défensivement alors que Lavezzi a signé un 4e but de grande classe après une course de 50 mètres. Il apporte de la profondeur à un collectif désormais équilibré. En jouant comme ça le PSG n’a pas d’adversaires à sa taille en Ligue 1.

Les joueurs de la capitale arriveront-ils à maintenir un tel niveau ou était-ce simplement un jour de grâce ? À vous de réagir…

Crédit photo : Icon Sport- http://www.foot01.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *