En s’imposant à Valence (2-1) lors du match aller des huitièmes de finale de Ligue des Champions, le PSG a frappé un grand coup. Retour sur un acte fondateur.

Pour beaucoup d’observateurs, le PSG n’était qu’un favori théorique sur la pelouse de Mestalla à Valence hier soir. Les Espagnols avaient pour eux l’expérience de la compétition et une confiance retrouvée ces derniers temps. En face le PSG avait tout à perdre après une phase de poule quasi parfaite (15 points sur 18 possibles).

Une attaque de feu !

Les hommes d’Ancelotti ont mis tout le monde d’accord. À l’évidence les stars répondent présent lorsque le besoin s’en fait sentir. À commencer par les membres du secteur offensif. Le Brésilien Lucas positionné milieu offensif droit a été énorme de A à Z. Sa vitesse a fait mal à une défense espagnole en souffrance sur chacune de ses prises de balle. Une frappe surpuissante sur le poteau (8e), une passe décisive d’anthologie pour Pastore (42e) mais aussi et surtout un gros travail défensif et de la justesse dans les choix.

De l’autre côté c’est-à-dire à gauche, Javier Pastore a fait étalage de ses progrès. Passeur décisif pour Lavezzi d’une talonnade géniale et buteur d’une frappe instantanée, l’Argentin a beaucoup travaillé pour le collectif. Clairvoyant et à l’aise techniquement, il a réussi un « gros » match. Tout comme Lavezzi véloce et puissant. Auteur d’un premier but de feu avec dribble et boulet de canon plein cadre (12e), l’ex-Napolitain a marqué des points dans son « duel » avec Menez.

Enfin Ibrahimovic n’a pas été décisif mais reste fondamental pour sa capacité à fixer la défense adverse. Précieux physiquement il a pesé de tout son poids et son expulsion gâche la fête. Tout comme le but de Rami (90e) car le PSG a raté plusieurs fois le 3-0 auparavant.

Une défense au diapason

En effet, le PSG a géré tranquillement son match avec un axe défensif Sakho-Alex solide de bout en bout. Pour preuve le fait que Soldado l’attaquant star espagnol n’a pas existé. Tout comme Banega broyé par le tandem Matuidi-Verratti et le bon replacement de Pastore et Lucas.

Les latéraux Jallet et Maxwell ont été sobres surtout offensivement mais rarement pris en défaut défensivement. Enfin Sirigu s’est imposé dans les sorties et n’a pas eu grand chose à faire. Avec cette défaite 2-1 c’est Valence qui s’en sort bien. Même l’expulsion d’Ibrahimovic est un mal pour un bien car il va rater le match retour mais aura un casier vierge lors des quarts de finale.

Car on voit mal le PSG passer au travers même si en football un match ne ressemble jamais à un autre. Et vous, pensez-vous que le PSG soit taillé pour gagner la Ligue des Champions ?

Crédit Photo : www.franceinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *