La période entre Noël et le jour de l’An est aussi celle du « All Star Game ». Un match de gala à Bercy entre la sélection des meilleurs étrangers de la Pro A et celle des meilleurs français. Cette édition 2012 a été magnifique de bout en bout avec la victoire au finish des « étrangers » 111-107. Une belle « promo » dont le basket avait bien besoin face à la montée en puissance du rugby ou du handball.

Pro A : Un All Star Game de gala

Un All Star Game est toujours un bon moment sauf quand le show se transforme en grand n’importe quoi. Ce ne fut pas le cas à Bercy cette saison. Mieux encore il y a eu une vraie défense des deux côtés durant les dernières minutes car les débat ont été serrés comme rarement.

Un spectacle magnifique avec du suspens donc qui a ravi les foules. Un show à l’américaine avec des numéros loufoques, des mascottes, des « pom-pom girls » NBA sans oublier le concours de dunk, du tir à 3 points ou celui des meneurs. Une vraie fête du basket-ball. Sur le parquet cette saison 2012-2013 est celle des pivots ou ailiers forts. Confirmation une nouvelle fois lors du All Star Game.

En effet le Choletais Rudy Gobert a fait forte impression avec notamment un « coast to coast » d’anthologie ponctué par un dunk féroce qui a soulevé les foules. Le Strasbourgeois Alexis Ajinça a lui aussi été énorme grâce à son envergure tout comme Sean May le Parisien dans un registre plus raffiné.

Dwight Buycks MVP

Certes c’est le micro meneur de Gravelines Dwight Buycks qui été élu MVP mais ce sont bien les « grands » qui dictent leur loi en Pro A cette saison. Dans le « money time » Blake Schilb (Chalon) a haussé le ton pour faire revenir son équipe bien aidé en cela par un Jawad Williams (PSG) toujours aussi élégant. Un registre dans lequel excelle Bernard King avec sa patte gauche pour quelques paniers labellisés « grande classe ».

Les Français auteurs d’un 3e quart temps de rêve à 51 d’évaluation n’ont pas tenu la distance. Pourtant Antoine Diot a de nouveau montré de belles choses avant de perdre deux ballons cruciaux dans les ultimes minutes tout comme un Edwyn Jackson dont le potentiel est immense. Un détail. L’essentiel était ailleurs c’est-à-dire donner du plaisir. Un singulier raccourci car cette saison la Pro A est attractive avec 6 équipes en tête. Un record. Le basket-ball va-t-il enfin réussir à s’implanter en France ou va-t-il subir la concurrence du handball ou du rugby ?

A vous de voir…

Crédit photo : AFP / http://limousin.france3.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *