Soyons honnêtes : les sportifs de haut niveau (SHN) gagnent généralement bien leur vie. Toutefois, les risques de fin de carrière sont bien là : blessures, baisse de régime, âge, malchance… A la fin de leur carrière, certains sportifs se voient confrontés à une dure réalité : les perspectives de reconversion ne sont pas légion…

Des médailles oui, mais après ?

Pour Serge Simon, ancien rugbyman, le sportif de haut niveau subit une triple crise à la fin de sa carrière : une crise physique, identitaire et financière. En effet, une fois la compétition finie, le rapport d’un sportif avec son corps se voit totalement chamboulé car l’utilité du corps ayant servi jusqu’alors à des fins de compétition sportive est totalement remise en question. De même, la fin d’une carrière sportive marque le début d’une nouvelle vie : c’est une étape singulière dans un contexte différent dans lequel le sportif n’a pas beaucoup de repères et ne trouve pas forcément sa place, ce qui peut vite se transformer en source d’angoisse et de stress.

Cette réalité est souvent dure à assimiler, notamment lorsque l’on comprend qu’outre les sportifs médiatisés et célèbres qui peuvent multiplier leurs sources de revenu, une reconversion professionnelle est plus qu’un choix… c’est un besoin répondant à des contraintes financières. En effet, malgré leurs salaires assez confortables, très peu de sportifs peuvent se permettre le luxe d’arrêter de travailler au milieu de la trentaine, comme c’est le cas des footballeurs.

Des dispositifs pour faciliter la reconversion

Aujourd’hui, la plupart des clubs et organismes de sport encouragent les sportifs à poursuivre des études en parallèle ou à mettre en place des projets personnels pour l’étape de l’après-compétition. Il ne faut pas oublier qu’en général, les sportifs font un grand investissement personnel pour mener à bien leurs carrières via les séances d’entrainement, les régimes alimentaires stricts et plus globalement l’hygiène de vie. La reconversion des sportifs peut prendre plusieurs formes : devenir encadrant de jeunes, entraîneur dans les divisions inférieures, se lancer dans l’aventure entrepreneuriale pour créer une école de sport pour les plus jeunes, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *